(Windows NT 10.0; Win64; x64; rv:70.0) Gecko/20100101 Firefox/70.0 (compatible; Ypikaybot/1.1; + http://www.ypikay.fr/bot.php )

  Covid-19: Comment une deuxième vague suscite de nouvelles craintes de pandémie aux USA

Selon les autorités américaines, une deuxième vague de Coronavirus Covid-19 serait déjà en cours.


Sources: Bloomberg.

Alors que les autorités du monde entier sont en train de lever les restrictions de déplacement qui paralysent l’économie en visant à lutter contre les infections à coronavirus, la peur demeure dans l’esprit de chacun et elle peut s’exprimer en deux mots: deuxième vague. Le souci est que, une fois maîtrisée, la pandémie refera surface avec une force renouvelée, provoquant une répétition de l'augmentation des infections, des systèmes de santé submergés et des ordonnances de confinement. Des clusters de nouveaux cas dans des régions d'Asie et des États-Unis ont accru les craintes.

- A quoi ressemblerait une deuxième vague ?

Déjà il ne s'agit pas là d'un terme scientifique, qui serait défini par des paramètres précis. Au lieu de cela, le terme deuxième vague fait référence à une augmentation grave et ultérieure des cas qui se produit après que la surtension d'origine a été annulée dans une zone donnée. Les pandémies sont causées par de nouveaux agents pathogènes contre lesquels la grande majorité des humains n'ont aucune protection immunitaire. C’est ce qui leur permet de devenir des épidémies mondiales. Les pandémies sont rares, mais la grippe qui, ne l'oublions pas, est une forme de coronavirus, en est l'une des causes les plus fréquentes. Ce qui arrive souvent, c'est qu'une nouvelle variante du virus de la grippe se propage dans le monde entier puis recule, un peu comme un tsunami. Quelques mois plus tard, il revient et se propage à nouveau dans le monde entier, ou en grande partie.

- Quelles sont les perspectives pour le Coronavirus Covid-19 ?

La plupart des pays ont réagi à la pandémie en limitant les déplacements de leur population, ce qui ralentit la propagation du virus mais laisse de nombreuses personnes vulnérables à l’infection une fois qu’elles recommenceront à s’aventurer à l'extérieur. Pour citer l'exemple des États-Unis, certaines régions, dont le Texas, la Californie et la Floride, ont ont fait état d'apparitions de clusters des semaines après leur déconfinement. Les experts ne savent pas pourquoi et il n'est pas clair que ces clusters soient liés à la reprise de l'activité économique. Il y a également eu quelques craintes similaires en Asie. Des restrictions de voyage ont été imposées à plus de 100 millions de personnes dans la province chinoise de Jilin, à la frontière avec la Russie, après que des dizaines de cas y aient été détectés en mai - un mois après la fin du premier confinement de la Chine dans la lointaine provincec de Wuhan. Début juin, l'épidémie était sous contrôle et la vie reprenait normalement.
La Corée du Sud, qui avait commencé à assouplir ses mesures de distanciation sociale en avril, a suspendu ses plans d'assouplissement supplémentaire en juin, les autorités ayant constaté que de nouvelles infections faisaient leur apparition dans le pays. Les tests étendus à toute la population, le confinement et le suivi des contacts restent les principaux outils pour empêcher un cluster de se transformer en deuxième vague.

- Alors, qu'est-ce qui fera reculer une première vague ?

Nous savons que les pandémies de grippe peuvent être temporairement repoussées par le changement de saison, se déplaçant vers l'hémisphère sud lorsque la moitié nord du globe se réchauffe pendant son été, et vice versa. Le virus peut également avoir infecté une grande partie des personnes dans la plupart des régions, leur conférant l'immunité contre la réinfection et garantissant vraisemblablement ce que l'on nomme l'imunité de troupeau, qui protège ceux qui n'ont pas été infectés en réduisant la circulation du virus. Dans le cas du coronavirus Covid-19, des pays du monde entier ont adopté des restrictions de déplacements à une échelle sans précédent et des mesures de distanciation sociale qui, combinées, maintenaient les gens suffisamment éloignés pour que le virus ne puisse pas se propager facilement.

- Donc, comment le virus pourrait-il réapparaitre ?

La levée trop rapide des mesures de confinement pourrait entraîner une ré-augmentation trop rapide du nombre de cas d'infections. D'autres facteurs pourraient entraîner une augmentation plus spectaculaire qui pourrait être clairement identifiée comme une deuxième vague. Dans le cas de la grippe, il y a le début d'un temps frais, un facteur qui peut également affecter le coronavirus. Ou l'agent pathogène peut muter. C'est une autre caractéristique de la grippe, qui évolue plus ou moins constamment. À la fin de 1918, une deuxième vague de l'épidémie de grippe espagnole s'est produite et c'est elle qui a causé la plupart des décès au cours de cette pandémie. Certains chercheurs pensent qu’elle a été provoquée par une mutation qui a rendu le virus à nouveau méconnaissable par le système immunitaire de la plupart des gens. Une autre variable importante est le déplacement du virus vers des populations qui n’avaient pas été exposées auparavant et qui n’ont pas d’immunité.

- Qu'est-ce qui pourrait l'empêcher ?

L'OMS a recommandé de lever les restrictions de déplacements par étapes pour tester l'effet de ces étapes avant de passer à une plus grande ouverture. Dans tous les cas, disent les experts, la clé pour maintenir les infections à un niveau bas sans bloquer tout le monde est d'intensifier les tests et la recherche des contacts. Les autorités sanitaires doivent trouver les personnes infectées, les isoler et identifier leurs contacts récents, afin qu'elles puissent également être testées et isolées si nécessaire. À terme, il est possible qu'un nombre suffisant de personnes soient exposées au coronavirus, que l'immunité collective se développe et cesse de se propager, ou qu'un vaccin contre lui soit autorisé.

- Pourquoi n'y a-t-il pas eu de deuxième vague du SARS ?

L'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère SARS de 2002-2003 en Asie n'a jamais atteint l'ampleur d'une pandémie. Bien que causé par un coronavirus, il n'était pas aussi contagieux que celui responsable de Covid-19. Sa propagation se limitait principalement aux hôpitaux et autres lieux où les gens étaient en contact étroit avec les fluides corporels des patients infectés. Ebola est un autre pathogène relativement nouveau pour l'homme. Il y a eu des épidémies périodiques en Afrique, mais bien que le virus soit très contagieux dans certains contextes, il n'a pas été suffisamment infectieux pour se propager dans le monde entier comme le coronavirus.

#Covid-19 #coronavirus #confinement #sars #grippe

Vaccin du Coronavirus: Trump, élections, gros sous et actions boursières...

Assa Traoré va recevoir un prix aux États-Unis

Le rapport d'enquête sur le Boeing 737 Max serait défaillant

Retour en arrière pour les femmes à cause du coronavirus ?

De l'oxygène détecté pour la première fois dans l'atmosphère de Mars

Afrique: Quand les policiers abattent les chauffeurs de taxi à bout portant

Nouvelle flambée de coronavirus en Chine: Pékin adopte des mesures de guerre pour contenir la propagation

Qatar Airways, la compagnie des droits de l'homme, réduit les salaires de ses personnels étrangers pour réduire l'impact de la pandémie de Covid-19

France: alors que le secteur se rétrécit, l'empreinte mondiale d'Airbus devient un fardeau

France: accusés de racisme, des policiers manifestent sur les Champs Elysées

Covid-19: Comment une deuxième vague suscite de nouvelles craintes de pandémie aux USA

Et si la Police Nationale osait vraiment faire grève ?

Jim Keller démissionne de Intel avec effet immédiat

Le pire décrochage de Wall Street depuis le Crack boursier de mars

Coronavirus: Bombardier va licencier 600 personnes en Irlande du Nord

La NASA choisit Astrobotic pour envoyer un Rover de recherche d'eau sur la Lune

Amazon ne vous dira plus dans ses mails ce que vous avez acheté

Nouvelle tentative de lancement de la première navette SpaceX habitée, 21h22 samedi

Elon Musk et sa femme Grimes forcés par la loi de changer le prénom de leur enfant

40 pourcents de réduction du trafic chez HOP!, la filiale d'Air France

British Airways: Les passagers se plaignent des vols bondés sur les destinations européennes