(Windows NT 10.0; Win64; x64; rv:70.0) Gecko/20100101 Firefox/70.0 (compatible; Ypikaybot/1.1; + http://www.ypikay.fr/bot.php )

  La NASA choisit Astrobotic pour envoyer un Rover de recherche d'eau sur la Lune

Le robot lunaire de recherche d'eau de la NASA vient de se réserver un vol vers le pôle Sud de la Lune.


Sources: NASA.

La NASA a octroyé à la société Astrobotic de Pittsburgh la somme de 199,5 millions de dollars pour livrer le Volatiles Investigating Polar Exploration Rover (VIPER) au Pôle Sud de la Lune à la fin de 2023.

Le robot mobile VIPER, à la recherche d’eau, ouvrira la voie à des missions d’astronautes sur la surface lunaire à partir de 2024 et rapprochera la NASA du développement d’une présence durable et à long terme sur la Lune dans le cadre du programme Artemis de l’agence spatiale américaine.

"Le Rover VIPER et le partenariat commercial qui le livrera sur la Lune sont un excellent exemple de la façon dont la communauté scientifique et l'industrie américaine font de la vision d'exploration lunaire de la NASA une réalité", a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de la NASA. « Les partenaires commerciaux changent le paysage de l'exploration spatiale, et VIPER va donner un coup de fouet à nos efforts pour envoyer la première femme et le prochain homme sur la surface de la Lune en 2024 grâce au programme Artemis.»

Le vol de VIPER vers la Lune fait partie de l’initiative CLAS (Commercial Lunar Payload Services) de la NASA, qui exploite les capacités des partenaires de l’industrie pour envoyer rapidement des instruments scientifiques et technologiques sur la Lune. Dans le cadre de son prix, Astrobotic est responsable des services de bout en bout pour la livraison de VIPER; également responsable de l'intégration avec son atterrisseur Griffin, du lancement depuis la Terre et de l'atterrissage sur la Lune.

Au cours de sa mission de 100 jours terrestres, le Rover VIPER, qui devra peser environ 500 kg, parcourra plusieurs kilomètres et utilisera ses quatre instruments scientifiques pour échantillonner divers environnements du sol. Des modèles de ses trois instruments de recherche d'eau seront envoyés vers la Lune lors de livraisons antérieures d'atterrisseurs CLPS en 2021 et en 2022 pour aider à tester leurs performances sur la surface lunaire avant la mission de VIPER. Le Rover sera également équipé d'une perceuse capable de forer environ 1 mètre dans la surface lunaire.

«CLPS est un moyen totalement créatif de faire avancer l'exploration lunaire», a déclaré l'administrateur associé de la NASA pour la science, Thomas Zurbuchen. "Nous faisons quelque chose qui n'a jamais été fait auparavant - tester les instruments sur la Lune pendant le développement du Rover. VIPER et les nombreuses charges utiles que nous enverrons vers la surface lunaire au cours des prochaines années vont nous aider à réaliser le vaste potentiel scientifique de la Lune.»

VIPER collectera des données - y compris l'emplacement et la concentration de glace - qui seront utilisées pour créer les premières cartes mondiales des ressources en eau de la Lune. Les données scientifiques recueillies par VIPER permettront également d'aider à la sélection des futurs sites d'atterrissage pour les missions aérospatiales d'Artemis en aidant à déterminer les endroits où l'eau et d'autres ressources pourront être récoltés pour soutenir les humains pendant les expéditions prolongées. Ces recherches scientifiques fourniront un aperçu de l'évolution de la Lune et du système Terre-Lune.

La NASA a précédemment passé un contrat avec trois sociétés pour effectuer des livraisons de CLPS sur la Lune à partir de 2021. Astrobotic devrait effectuer sa première livraison d'autres instruments à la surface lunaire l'année prochaine. En avril, l'agence a lancé un appel pour de futures enquêtes potentielles sur la surface lunaire et a reçu plus de 200 réponses. CLPS est prévu pour fournir une cadence régulière de deux livraisons sur la surface lunaire chaque année.

«C'est un immense honneur et une grande responsabilité d'être choisi par la NASA pour réaliser cette mission d'importance nationale», a déclaré le PDG d'Astrobotic, John Thornton. «Les services de logistique lunaire d'Astrobotic ont été créés pour ouvrir une nouvelle ère sur la Lune. Offrir VIPER pour chercher de l'eau et préparer le terrain pour le premier équipage humain à se poser sur la Lune depuis Apollo incarne notre mission en tant qu'entreprise.»

VIPER est une collaboration entre diverses entités de la NASA et des agences partenaires. Le vaisseau spatial, l'atterrisseur et le lanceur qui livreront VIPER à la surface de la Lune seront fournis dans le cadre de l'initiative CLPS de la NASA en partenariat avec l'industrie pour fournir des charges utiles scientifiques et technologiques à et près de la surface lunaire. CLPS fait partie du programme de découverte et d'exploration lunaire géré par la Direction des missions scientifiques de l'agence au siège de la NASA à Washington. La mission VIPER fait partie de la division Science planétaire de la Direction des missions scientifiques. Le centre de recherche Ames de la NASA, dans la Silicon Valley en Californie, gère la mission VIPER et dirige la science, l'ingénierie des systèmes, les opérations de surface des rover en temps réel et les logiciels de vol de la mission. Le matériel du rover est conçu et construit par le Johnson Space Center de la NASA à Houston et les instruments sont fournis par Ames, le Kennedy Space Center de la NASA en Floride et le partenaire commercial Honeybee Robotics à Altadena, en Californie.

#NASA #VIPER #KennedySpaceCenter #Astrobotic #ThomasZurbuchen #Artemis

Vaccin du Coronavirus: Trump, élections, gros sous et actions boursières...

Assa Traoré va recevoir un prix aux États-Unis

Le rapport d'enquête sur le Boeing 737 Max serait défaillant

Retour en arrière pour les femmes à cause du coronavirus ?

De l'oxygène détecté pour la première fois dans l'atmosphère de Mars

Afrique: Quand les policiers abattent les chauffeurs de taxi à bout portant

Nouvelle flambée de coronavirus en Chine: Pékin adopte des mesures de guerre pour contenir la propagation

Qatar Airways, la compagnie des droits de l'homme, réduit les salaires de ses personnels étrangers pour réduire l'impact de la pandémie de Covid-19

France: alors que le secteur se rétrécit, l'empreinte mondiale d'Airbus devient un fardeau

France: accusés de racisme, des policiers manifestent sur les Champs Elysées

Covid-19: Comment une deuxième vague suscite de nouvelles craintes de pandémie aux USA

Et si la Police Nationale osait vraiment faire grève ?

Jim Keller démissionne de Intel avec effet immédiat

Le pire décrochage de Wall Street depuis le Crack boursier de mars

Coronavirus: Bombardier va licencier 600 personnes en Irlande du Nord

La NASA choisit Astrobotic pour envoyer un Rover de recherche d'eau sur la Lune

Amazon ne vous dira plus dans ses mails ce que vous avez acheté

Nouvelle tentative de lancement de la première navette SpaceX habitée, 21h22 samedi

Elon Musk et sa femme Grimes forcés par la loi de changer le prénom de leur enfant

40 pourcents de réduction du trafic chez HOP!, la filiale d'Air France

British Airways: Les passagers se plaignent des vols bondés sur les destinations européennes